Culture CODA ? - Union des Sourds et des Malentendants du Bas-Rhin

Aller au contenu

Menu principal :

Culture CODA ?

Reportage Pi Sourd


What is a
CODA ? Children Of Deaf Adults
( Japanese Sign Language )


Les problèmes de la famille sourde : les CODA* et l'identité

Par : Thomas H. Bull, M.Div., M.A., CSC, CI, CT
Gallaudet University

*CODA (États-Unis) - c'est le nom de l'association Children of Deaf Adults (CODA) - enfants de Sourds adultes ; les membres de cette association se désignent eux-mêmes par ce nom, également écrit coda ou même koda ; nous l'emploieront tel quel dans la traduction qui suit. (Note du traducteur)

Sommaire

La question "Suis-je entendant ou sourd ?" crée souvent un conflit d'identité pour les enfants entendants élevés dans une famille bilingue et biculturelle où l'un des parents ou les deux sont S/sourds. L'identité personnelle et culturelle d'une personne est un jalon important du développement, et les expériences de vie de ces enfants entendants ont un effet sur la dynamique familiale. Les Codas (enfants entendants de Sourds adultes) peuvent se sentir en conflit, marginalisés, seuls ou différents, à grandir entendants dans le monde des Sourds. Malheureusement, comprendre et embrasser cette différence ne se produit pas avant l'âge adulte, lorsqu'on trouve une communauté avec d'autres "comme moi". Cette présentation illustre le conflit et explore la puissance de l'histoire partagée et de l'identité de groupe pour apporter une résolution positive et triomphale. Les parents qui sont sourds bénéficient également des ressources professionnelles et communautaires et de l'appui des pairs dans l'effort qu'ils ont faits pour aider leurs enfants entendants à se tirer d'affaires avec la différence "monde des entendants/monde des Sourds" plus tôt dans la vie. Un certain nombre de ressources organisationnelles, éducatives et imprimées sont suggérées.

Quelques acronymes

Je suis entendant et mes parents étaient sourds. On avait coutume d'appeler des gens comme moi des HCDP (enfants entendants de parents sourds), jusqu'à ce que l'organisme CODA (Children of Deaf Adults, Inc.) soit fondé en 1983. Avec la croissance de CODA, devenue un organisme international, et avec la simplicité lyrique de l'acronyme, aujourd'hui un plus grand nombre d'entre nous s'identifient comme codas, que nous ayons un ou deux parents sourds. Tout comme cela dépend d'une décision individuelle de s'appeler sourd ou malentendant, c'est pareillement une décision individuelle que de s'appeler coda. Il n'y a ici aucune supposition ou implication que l'un ou l'autre des parents est nécessairement culturellement ou profondément sourd, ou fait usage de l'American Sign Language. Il existe un certain nombre de chapitres de CODA aux États-Unis, et des groupes semblables se sont formés en Australie, en Angleterre, au Canada, au Danemark, en Finlande, en Allemagne, en Irlande, en Suède, aux Pays-Bas et ailleurs.

Les parents sourds ont tendance à se réunir pour satisfaire leurs besoins d'appui mutuels et offrir des activités sociales pour leurs jeunes enfants entendants, aussi connus sous le nom de kodas (kids of Deaf Adults). Ces groupes de parents KODA se sont formés à Montgomery County (Maryland), Seattle (Washington), Long Island (New York) et ailleurs. Quelques agences reconnaissent les besoins de ces parents et de leurs enfants entendants et elles commencent à offrir des services très nécessaires. L'acronyme "koda" est de plus en plus utilisé pour décrire les jeunes enfants entendants dont l'un ou les deux parents sont sourds.

Je vais partager quelques histoires avec vous. En fait, plus de la moitié de cette présentation est sur ruban vidéo. Je partagerai une partie de ma propre histoire et les clips vidéo illustreront des expériences communes de codas et de parents sourds. Comme on dit : "Un image vaut mille mots." Les histoires de vie personnelle des autres peuvent avoir un impact profond sur nous personnellement, et être source d'inspiration et de pouvoir.

Mon entrée dans la culture des Sourds

Une des différences significatives entre la culture des entendants et celle des Sourds se trouve dans le rituel de "salutation" ou de "présentation". Lorsque des Sourds se rencontrent, ils se présentent d'une façon différente des entendants. La présentation, dans la culture des Sourds, comprend l'échange des noms et quelques-uns des éléments suivants : a) quelle école vous avez fréquentée (pensionnat ou programme d'éducation mainstream) ; b) si vous êtes marié, qui est votre époux ou épouse, comment vous vous êtes rencontrés et si vous avez des enfants entendants ou sourds ; c) à quels organismes communautaires pour les Sourds vous appartenez; et d) les personnes de la collectivité que vous connaissez. Parce que le monde des Sourds est tellement petit, vous essayez de découvrir des amis et des connaissances mutuels, que vous pouvez avoir connus pendant de nombreuses années. Dans le monde des Sourds, on veut savoir quelles sont vos affiliations au sein de la collectivité.(Lane, Hoffmeister & Bahan, p. 5)

Si vous êtes un entendant, dans ce rituel, la personne sourde voudra savoir comment votre rapport au monde des Sourds s'est établi. Les Sourds veulent savoir si vous avez des parents ou des connaissances sourds, comment vous vous êtes intéressés au monde des Sourds, comment vous avez appris la langue des signes et qui ont été vos professeurs d'ASL, etc. Les Sourds veulent connaître votre histoire dans ses rapports avec leur monde et ils veulent en savoir tous les détails, de A à Z, comme on dit. Ces renseignements aident à développer la confiance et l'acceptation au sein de la collectivité.

Dans un effort que je fais pour développer un rapport avec le lecteur, permettez-moi de vous donner ma présentation dans la culture des Sourds. Je suis né entendant de parents sourds. Mon père est né au Nebraska en 1903, et ma mère, au Missouri, en 1904. Si vous connaissez bien le roman de Joanne Geenberg, In This Sign (1970), il parle d'un couple sourd, Janice et Abel Ryder, qui sont nés en 1900 et qui ont élevé deux enfants entendants pendant la dépression et la Seconde Guerre mondiale. Si vous avez vu le film 1985 (Hallmark Hall of Fame), Love is Never Silent, basé sur le roman de Greenberg, vous avez une bonne idée de la vie et de l'époque de mes parents et du vécu des Sourds de ce temps-là.

Mon père est né sourd d'une cause inconnue et il a fréquenté la Kansas School for the Deaf, à Olathe, parce que c'était plus près de chez lui que l'école du Nebraska. Lorsqu'il eut 10 ans, mes grands-parents déménagèrent dans la vallée de San Joaquin, en Californie, et il fréquenta la California School for the Deaf à Berkeley. Mon père a appris le métier de cordonnier, il excellait dans les sports, et, en 1922, il devint le deuxième Sourd aux États-Unis à réussir le grade Eagle Scout. À cette époque-là l'école de donnait qu'un enseignement limité à la huitième année, et il retourna donc en situation de "mainstream" au high-school public de sa ville rurale où il jouait au football et compléta deux autres années d'éducation. Il poursuivit en gérant sa propre cordonnerie pendant 18 ans dans sa ville de résidence. Après son mariage naquirent ma soeur et moi, et la famille déménagea dans la région de la Bay avant la Deuxième Guerre mondiale, où les emplois en usine étaient abondants, et mon père devint membre du syndicat des United Auto Workers.

Ma mère est née entendante et est devenue sourde à cause d'une série de maladies contractées entre les âges de 24 et de 36 mois. Son élocution ne fut jamais très intelligible, ni complètement grammaticale, mais parce qu'elle avait une certaine capacité à parler, sa famille la mit dans des programmes d'éducation orale. Entre-temps, sa famille déménagea aussi en Californie, où elle finit par entrer à la California School for the Deaf, à l'âge de 15 ans, visiblement un "fiasco oral". Je suppose que son potentiel éducationnel fut perdu pendant ces années de fréquentation d'une école orale, parce qu'elle était fonctionnellement illettrée. Elle avait de la difficulté à comprendre le sens d'un article de journal, elle tenait la plume de façon gauche, et elle ne conduisit jamais d'auto. En autant que je sache, la surdité n'est pas héréditaire dans ma famille.

C'est étrange de voir combien d'aspects de la vie de famille de Janice et Abel Ryder ressemblent à l'histoire de ma propre famille. Ils vivaient à New-York et avaient deux enfants entendants, Margaret et Bradley, qui étaient séparés de six ans, et la famille communiquait en American Sign Language. Mes parents communiquaient aussi en ASL à la maison. Ma soeur avait 6 ans quand je suis né, et pendant ses premières années, la famille vivait avec ma grand-mère entendante dans une région fermière de la Californie. Bradley Ryder avait quatre ans lorsqu'il escalada une échelle d'évacuation en cas d'incendie de leur édifice d'appartements et se tua en tombant. Margaret avait dix ans et joua l'interprète pour ses parents lorsqu'ils choisirent un cercueil et traitèrent avec le directeur des pompes funèbres. Ma grand-mère paternelle fut frappée et tuée par le conducteur d'un pick-up alors qu'elle traversait une route rurale à la tombée de la nuit. J'avais 12 ans et j'aidai mes parents à choisir le cercueil et à communiquer avec le personnel de la maison mortuaire. Abel Ryder et mon père étaient tous deux cols bleus, ils prirent tous les deux leur retraite après 25 ans de service, et tous deux reçurent une montre en or jaune à leur retraite. Comme Janice, qui travailla de nombreuses années comme couturière dans une usine, ma mère travailla aussi comme couturière à la pièce pour les Goodwill Industries.

Pour poursuivre les comparaisons, Margaret Ryder se maria et eut un fils qui, comme jeune adulte, s'enrôla dans les mouvements de droits civils et alla à Selma (Alabama). Pendant des années, il avait vu assez d'oppression et de discrimination dans le cas de ses grands-parents sourds. Moi, j'étais étudiant à la Pacific School of Religion, à Berkeley (Californie), où je me préparais au ministère à l'Église United Methodist lorsque le Dr Marin Luther King, Jr. lança un appel pour avoir des bénévoles. En réponse à cet appel, je montai dans un autobus avec 41 autres étudiants du séminaire de la Bay Area et partis pour le sud. Je fis la marche de Selma à Montgomery sur la foi de mes préoccupations et de mon engagement en matière de justice sociale. Le fait d'avoir des parents sourds était sûrement aussi un facteur. (Il faut se rappeler que, lorsque je grandissais, il n'y avait pas de loi comme l'American Disabilities Act, il n'y avait pas d'interprètes certifiés en langue des signes, par d'ATM, et pas de sous-titrage des émissions de télévision et des films.) Je suis émerveillé de ce que Greenberg ait pu écrire une telle peinture de parents sourds et de la vie de famille, étant donné ses expériences limitées, parce que son mari était conseiller en rééducation professionnelle auprès des Sourds.

Lorsque CODA fut fondée, en novembre 1983, je m'abonnai au bulletin de nouvelles internationales, pour ensuite assister à la première conférence nationale, en Californie, en 1986. J'ai été rédacteur des actes des cinq premières conférences et, depuis ce temps-là, j'ai assisté à toutes les conférences internationales. J'ai contribué à établir un de nos premiers chapitres dans la région métropolitaine de Washington (D.C.) et j'ai compilé et publié On the Edge of Deaf Culture: Hearing Children/Deaf Parents Annotated Bibliography en 1998. Suite à ces expériences, je suis maintenant bien ancré dans mon patrimoine CODA. Même mes plaque minéralogiques personnalisées déclarent que je suis un CODA. Toutefois, pendant toute mon enfance et plusieurs de mes années d'adulte, c'était une identité qui m'était étrangère. J'ai passé beaucoup de mes années d'adulte à essayer de rattraper mon identité biculturelle.

Un

Tant que les montagnes seront plantées sur terre,
Tant que les rivières couleront dans la mer, ces histoires seront dites et redites.

La Ramavana

Permettez-moi maintenant de vous peindre un tableau du dilemme interculturel que connaissent les enfants sourds élevés dans une famille entendante. La façon dont nous nous percevons peut se résumer dans le mot identité. La question de base de l'identité est "Qui suis-je ?" Il s'agit là d'un sujet extrêmement complexe. La formation et le changement d'identité sont des processus permanents, aussi bien pour les entendants que pour les Sourds. Même si notre perception du monde soit constamment en train de changer, certains aspects de l'identité sont formés très tôt dans la vie et envahissent tout. Au fur et à mesure que nous mûrissons et que nous faisons face aux vicissitudes de la vie (l'éducation, le monde du travail, le mariage et la vie de famille, le parentage, le "grand-parentage", le vieillissement, etc.), nos identités évoluent également. Même là, il se peut que d'aucuns restent confus ou incertains pendant des années concernant leur identité, même jusque dans leur trentaine et leur quarantaine.

Un certain nombre d'écrivains ont examiné la question de l'identité au sein de la collectivité sourde à partir de plusieurs points de vue différents. L'incertitude, la confusion, le doute et l'ambiguïté vis-à-vis sa propre identité semblent être les thèmes communs. Les statistiques indiquent qu'environ 90 % des enfants sourds, aux États-Unis, sont nés dans des foyers où les parents sont entendants. La tension et la différence culturelle dans ces familles sont bien connues de nombreuses personnes du monde des Sourds. Une personne malentendante peut ressentir des conflits, à savoir si elle est sourde ou malentendante. Par exemple, dans un article de la revue Deaf Life, Heather Whitestone, Miss America 1955, on rapporte qu'elle a dit :"Je me sens prise en plein milieu." Une autre personne malentendante se sentait ainsi : "Je suis un individu carré dans une collectivité ronde." Une personne devenue sourde tardivement a comparé sa situation à celle d'un immigrant coincé entre deux cultures. Les membres des groupes ethniques peuvent également reconnaître la diversité de leur identité, où le défi consiste à se mélanger ou à s'intégrer.

Dans le monde des Sourds, les histoires de "sourds perdus" sont légion. Un scénario commun, c'est celui de l'étudiant sourd passé par l'école mainstream, qui s'ennuie, qui n'a aucun pair sourd, qui ne connaît pas l'ASL, qui n'est pas exposé à la richesse du patrimoine des Sourds, et qui n'a pas de modèle Sourd à suivre à l'école. Lorsque le jeune arrive enfin à l'école des Sourds, assiste à sa première réunion de Club sourd, ou poursuit des études de diplôme dans un milieu éducationnel où il y a un important programme pour les Sourds (California State University, Northridge, the National Technical Institute for the Deaf, ou Gallaudet University), c'est tout un monde nouveau qui s'ouvre à lui. Lorsqu'il apprend l'American Sign Language, s'implique dans des organisations de la collectivité sourde et développe le sens de ce que ces gens "font partie de mon monde", il se sent chez lui. Les ambiguïtés d'identité subissent des changements qui sont parfois dramatiques.

Un vidéo intitulé ASL Pah: Deaf Student’s Perspectives on their Language illustre cette expérience. Ici nous voyons quelle gravité avait la question d'identité pour une femme appelée Cheryl. Même si on peut faire valoir que ce ne sont pas tous les jeunes Sourds qui se sentent dans une telle insécurité, dans mon expérience, c'est assez commun. Ce n'est pas avant le high school que Cheryl commença à développer un sens de la collectivité, d'une estime de soi positive, là où elle devint une personne sourde culturellement identifiée. Elle devint forte et sûre du fait de se connaître elle-même comme membre d'une collectivité de personnes qui sont toutes comme elle : sourdes.

Deux

Relate à quelqu'un un fait et tu atteins son esprit, raconte-lui une histoire et tu touches son âme.

Proverbe hassidique

Une disparité culturelle et une perte analogues peuvent confronter un enfant entendant né dans un foyer aux parents sourds et élevé dans le monde des Sourds. Les statistiques indiquent que 88-92 % des enfants nés de parents sourds aux États-Unis sont entendants. Ils se demandent souvent : "Suis-je entendant ou suis-je sourd ?" Dans mon expérience étendue, les questions d'identité illustrent le mieux le conflit culturel que connaissent les codas, mais ce ne sont pas tous les codas qui le vivent au même degré. Les parallèles entre le vécu des codas et celui d'enfants sourds nés dans une famille entendante sont extrêmement intéressants. L'identité culturelle est clairement un jalon de croissance important pour les personnes sourdes, tout autant que pour les codas. Les codas peuvent se sentir en conflits, marginalisés et seuls, à grandir entendants dans un monde de Sourds. C'est tout comme un enfant sourd qui grandit dans le monde d'une famille sourde.

Dans son livre, Life with Two Languages: An Introduction to Bilingualism (1982), Francois Grosjean décrit quelques-uns des traits de la langue parlée d'individus bilingues et biculturels. Une des caractéristiques majeures, c'est l'expérience de la marginalité. Il utilise les adjectifs suivants pour décrire leur expérience d'identité : sans amis, confus, solitaires, seuls, ambivalents, isolés, marqués, différents, pas affiliés, perdus, bizarres et déconnectés. Les codas ont aussi tendance à sentir qu'ils ne sont ni chair ni poisson. Voici quelques propositions qui décrivent leurs expériences analogues : coincés entre, le seul, sur le bord, un pont, et pas sûr de qui je suis. Un coda a dit "Je me sens comme si j'avais visité deux maisons mais que je n'avais pas de place pour moi-même." Une autre coda a réalisé sa différence lorsque, à l'âge de six ans, ses cousins sourds furent envoyés à l'école de l'État pour les Sourds pour y rester, en l'abandonnant derrière eux. Évidemment, vous savez que vous êtes différent lorsqu'on vous demande : "Comment as-tu appris à parler ?"

La même question fut posée il y a bien longtemps, en 1904. Dans une lettre à la rédaction du journal The Silent Worker, E. Florence Long, la femme de J. Schuyler Long, de Council Bluffs (Iowa), et mère de plusieurs enfants entendants, louange le journal pour sa série de photos "d'enfants typiques de parents sourds." Elle poursuit en disant :

Maintenant, si plus de parents sourds envoyaient à votre journal des photos de leurs petits qui sont d'âge scolaire, il y en aurait assez pour les mettre ensemble en forme de livre qu'ils pourraient acheter et distribuer à des connaissances entendantes comme celles-là en posant la question : "Votre bébé parle-t-il ?" "Comment peut-il jamais entendre ou parler, alors que vous ne le pouvez pas ?" etc. Un si petit livre pourrait être une bonne chose dans les bibliothèques publiques, où les entendants pourraient le lire et débarrasser leurs esprits de l'erreur populaire à l'effet que les mariages mixtes avec des Sourds avaient pour résultat des rejetons sourds ou idiots. (Long, 1905, p. 76)

Le stigmate dont la société affuble les Sourds déteint inévitablement sur leurs enfants entendants. En 1996, Charlotte Abrams a publié son autobiographie sous le titre, The Silents. Imaginez à quel point c'est source de confusion pour un enfant entendant dans une famille de Sourds que de se faire identifier comme "un des silencieux." Dans son autobiographie, Doris Isabell Crowe (1993) a décrit de quelle façon elle avait grandi avec ses parents sourds à Cave Springs (Géorgie). Son père était connu en ville comme "le Nul" et elle était simplement identifiée comme "la petite du Nul". Des grands-parents entendants sans réfléchir jettent occasionnellement le fardeau sur les épaules de leurs petits-enfants entendants de "raconter" et "expliquer", et, autrement, de "prendre soin de" leurs parents sourds. Il s'ensuit que les codas savent très tôt dans la vie qu'ils sont différents.

Bien sûr, ma soeur et moi savions que nous étions différents. Lorsque le téléphone fut installé chez nous, j'avais 9 ans et elle, 15. Nous passions la journée entière à appeler tous nos amis entendants. J'ai su que j'étais différent au high school lorsque, dans mes conversations avec des amis, je leur portais une attention visuelle intense et je maintenais un contact visuel, ce que ne faisaient pas mes amis entendants. La pensée qui me traversait l'esprit était : "Qu'est-ce qui ne va pas chez moi ? " Ils ne me regardaient pas de la même façon que moi, je les regardais. Nathie Marbury décrit le besoin de sa fille entendante d'avoir un contact visuel, dans ce clip vidéo humoristique intitulé Deaf Culture Lecture: Cultural Differences (1996).

C'est une expérience pénible que celle du conflit culturel alors qu'on ignore ce qui se passe. Je pensais que j'étais le seul à avoir besoin de contact visuel. J'aurais souhaité que quelqu'un m'explique cette partie de la culture sourde internalisée lorsque j'étais jeune. Ce n'est pas avant 1987, alors que j'assistais au congrès du Registry of Interpreters for the Deaf, à St. Paul (Minnesota), pendant une présentation en plénière par feue Marie Jean Philip, que j'ai finalement compris ce qui se passait. Philip expliqua qu'un des aspects de la culture sourde, c'est le besoin de maintenir un contact visuel. Les entendants ont coutume d'éviter le contact visuel soutenu. Il est considéré grossier de "fixer". J'ai eu une épiphanie. Cette toute petit particule d'information m'a aidé à commencer à comprendre ce message négatif qui remontait au temps du high school : "Qu'est-ce qui ne va pas chez moi ?" et de boucler la boucle là-dessus.

J'avais également bénéficié d'idées recueillies dans les écrits d'autres codas. Par exemple, lorsque le livre de Lou Ann Walker, A Loss for Words (1986), fut publié, quelques-unes de mes expériences comme coda commencèrent à prendre un sens. À ma connaissance, c'est la toute première histoire autobiographique de coda largement distribuée. Dans l'émission de télévision, Deaf Mosaic: A Bridge Between, Walker les raisons qu'elle avait pour écrire ce livre.

Walker se sentait très protectrice de ses parents et voulait s'assurer qu'ils ne seraient pas troublés par les divulgations personnelles contenues dans le livre. Un des préoccupations communes des codas, c'est : "Qu'est-ce que les gens vont penser de mes parents sourds si j'ai des propos négatifs à leur égard ? " Depuis 1986, 14 autres récits autobiographiques ont été publiés, et l'excellente recherche du coda Paul Prestons, Mother Father Deaf: Living between Sound and Silence (1994) a été bien reçue. Le vécu partagé dans ces livres et d'autres devrait être également utiles aux codas et à leurs parents sourds.

À l'âge de huit ans, Walker pensait que ses parents pouvaient entendre et qu'ils étaient des espions. J'ai aussi eu mes doutes à l'effet que mes parents pouvaient réellement entendre, mais j'ai gardé cette pensée secrète. Comme enfant, j'ai mis mes parents au test. Il y avait des moments où, lorsque je frappais des mains ou que je faisais beaucoup de bruit, ma mère se retournait. D'autres fois elle ne réagissait pas. Bien sûr, je faisais ce qu'apparemment beaucoup d'autres jeunes codas ont fait : je fonctionnais avec une fantaisie idéalisée à savoir que mes parents pouvaient entendre et que, par conséquent, ils étaient comme les parents de mes amis. Je suppose que mes espoirs étaient qu'ils ne soient pas sourds. Mais je pensais que j'étais seul à avoir ces sentiments. Je pensais que j'étais seul à faire ce que j'avais fait. L'histoire de Walker m'a aidé à normaliser mon expérience et, par la suite, j'ai cessé de me sentir seul et taré à cet égard.

Un documentaire exceptionnel mettant en lumière le vécu de sept codas adultes australiens fut produit en 1992. Aux États-Unis, dans la collectivité des codas, on s'entend pour dire que Passport without a Country est une peinture éloquente de l'expérience des codas. Le segment "A Search for Identity" est particulièrement émouvant. Là encore, reconnaissant que, peut-être, ce ne sont pas tous les codas qui vivent la polarité sourd/entendant de façon aussi vive que ce qui est dépeint ici, le sens qu'on se sent aliéné de sa terre natale, même si vous avez le passeport en main, est une métaphore vive pour décrire les conflits culturels et identitaires internes contre lesquels codas peuvent avoir à lutter.

La dernière illustration vient d'une époque où je songeais à changer de carrière et je pris part à un programme de conseillers en orientation professionnelle d'une durée de deux jours. Un des instruments de tests que je complétai fut le Stanford-Binet Intelligence Test. Le psychologue connaissait bien la collectivité des Sourds, savait que mes parents étaient sourds et réalisa que l'anglais était ma langue seconde. Il expliqua qu'il y avait des normes bilingues (ESL) pour le Stanford-Binet et procéda à interpréter les résultats du test à partir des normes ESL. C'était la première fois de ma vie qu'un professionnel ou n'importe qui me considérait comme une personne bilingue. J'avais 48 ans.

Trois

Raconter notre histoire est peut-être la chose la plus humaine à faire. En racontant des histoires, nous nous souvenons de notre passé, nous inventons notre présent, et nous imaginons notre avenir. Puis, en partageant ces histoires avec d'autres, nous vainquons la solitude, nous découvrons la compassion et nous créons une collectivité avec des âmes soeurs.

Sam Keen, philosophe, théologien et poète

Permettez-moi maintenant de décrire une façon, pour les codas, de résoudre la question d'identité. Mon parcours vers l'intégralité a inclus une compréhension de ce que je suis bilingue et biculturel, et un coda. C'est là mon identité, mais ce ne fut pas toujours le cas. J'ai travaillé à l'University Gallaudet comme professeur à la Kendall Demonstration Elementary School for the Deaf pendant 17 ans avant d'assister à mon premier congrès de CODA. Lorsque je suis retourné au travail et que je suis rentré sur le campus, je savait qu'il y avait quelque chose de différent. Kendall Green était le même, mais j'étais différent. Au cours des années, j'avais consciemment cherché d'autres HCDP, mais je n'avais pas de collectivité. Au CODA, je trouvais enfin cette collectivité. Au CODA, je commençais un parcours vers la compréhension de moi-même comme coda, quelque chose entre sourd et entendant, une troisième possibilité. J'ai découvert le moment des codas.

L'identité de groupe, le sens de ne pas être seul, le sens qu'il y en a d'autres comme moi, est une expérience très personnelle, mais libératrice et positive. En mars 1988, un des orateurs au rallye Deaf President Now, à Washington D.C., m'a dit que, lorsqu'il regardait Maryland Avenue du haut de la tribune et plusieurs milliers d'étudiants et de membres et de supporters de la collectivité sourde en marche de l'université vers le Capitole, il avait le sentiment de "Voilà mon peuple". Jusqu'à la formation de CODA, en 1983, il n'y avait aucun crochet où je pouvait accrocher mon sens d'identité de groupe. Jusqu'à mon premier congrès CODA, en 1986, je n'avais jamais rencontré d'autre coda auto-identifié. Il n'y avait aucune occasion de se rassembler sous cette bannière ou cette identité culturelle. L'identité culturelle sans collectivité est impossible.

Aujourd'hui, il est impensable que les gens qui sont sourds embrassent une identité sourde dans l'isolement, sans occasion de se rassembler entre eux. Là encore, aux premiers jours de CODA, il y avait des craintes et des angoisses parmi nous qui mettaient un nuage sur notre rencontre. Beaucoup d'entre nous avaient grandi avec le sentiment d'être si protecteurs de nos parents qu'il y avait un sens de trahison dans le fait de nous rencontrer et de partager des "secrets de famille". Comme le disait Sheila Jacobs, une des premières pionnières fortes et indéfectibles partisanes au sein de CODA, à notre premier congrès, en 1986 :

Les codas sont sortis de nulle part. Nous commençons à nous parler entre nous, à réfléchir sur notre vécu personnel et collectif. Je peux me souvenir de ma propre réaction négative lorsque j'ai découvert qu'une telle organisation existait. Ma première réaction fut : "Quel culot ! Pour quoi faire ? " (Bull, Rutherford & Jacobs, pp. 1-2)

Dieu merci, après tant d'années à nous réunir, nous nous en sommes sortis. La deuxième source de résistance qui s'opposait au développement d'une collectivité CODA provenait de notre parenté sourde et de la collectivité sourde. Nous étions suspects. Un des mythes que les codas ont eu à surmonter, c'est la notion que nous nous étions réunis dans le but de "poignarder nos parents dans le dos" ou pour dire du mal de notre famille. Bonnie Kraft, autre supporter dynamique et ardente de CODA, raconte une anecdote sur la fois où sa mère lui a demandé : "Pourquoi en fais-tu tant pour CODA ? Est-ce que j'ai été une mauvaise mère ? "

L'explication que Bonnie donne dans le vidéo Tomorrow Dad will Still be Deaf and Other Stories (1996) est que le "CODA est mon club sourd". C'est vrai. Nous nous réunissons parce que nous sommes pareils et que nous avons beaucoup en commun, tout comme les personnes sourdes se retrouvent au club sourd ou assistent à d'autres activités communautaires pour partager leurs vies parce qu'elles sont pareilles. En tant que codas, nous nous rassemblons pour partager une collectivité avec ceux qui sont comme nous. Le parallèle le plus clair est celui d'un étudiant sourd qui trouve enfin une collectivité d'amis sourds et qui se sent, pour la première fois, chez lui. Rappelez-vous du premier clip vidéo sur l'expérience de Cheryl. Une des façons, pour un coda, de résoudre son débat intérieur : "Suis-je entendant ou sourd ? ", c'est de devenir membre d'une collectivité et d'entretenir cette identité culturelle.

Avec le soutien d'amis codas, Sherry Hicks a écrit une pièce autobiographique pour femme seule dans laquelle elle décrit avec vivacité la lutte entre ses entités internes sourde et entendante. Elle a trouvé une résolution de son conflit en se comprenant comme une coda. Phoenix The (1993) est un témoignage à la clarté et à la force qu'elle a trouvées à CODA. Ses projets de création sont un testament au pouvoir de la collectivité (Sherry: The Music Sign Language Video – 1994).

Nous sommes tous sur un voyage à la recherche de la guérison et de la totalité. Pour les codas, le conflit culturel et les luttes d'identifié peuvent être résolus. Je peux montrer du doigt tant et plus d'histoires personnelles de codas qui, quel que soit leur âge, leur sexe ou leur nationalité, ont vécu une percée personnelle très significative lorsqu'ils "se sont trouvés" à nouveaux eux-mêmes, au CODA. L'expérience "d'arriver chez soi" et de "mon peuple" est un écho des expériences que les gens ont lorsqu'ils trouvent enfin la collectivité dans le monde des Sourds. Pour les enfants entendants de parents sourds qui ne se sentent pas entièrement connectés au monde des entendants, qui ne se sentent pas comme faisant totalement partie du monde des Sourds, il existe une troisième place où ils peuvent être à 100 % connectés, intégrés et chez eux : au CODA, et avec d'autres codas.

Quatre

Les histoires sont nos protecteurs, comme notre système immunitaire ; elles nous défendent contre les attaques d'une aliénation débilitante, elles sont le tissu connecteur entre la culture et la nature, le soi et les autres, la vie et la mort, qui cousent les mondes les uns aux autres, et dans le récit, l'âme s'émeut et naît à la vie.

Joan Halifax (1993), The Fruitful Darkness  

Les parents qui sont sourds, qui profitent de ressources professionnelles et communautaires, ainsi que de soutien de leurs pairs, sont mieux placés pour aider leurs enfants entendants à vivre leurs expériences biculturelles. Mon identité de coda s'est concrétisée pour moi à mon âge mûr, mais il n'est pas nécessaire qu'il continue à en être ainsi pour les autres. Mon but ici est de faire en sorte que la collectivité des Sourds et les parents d'enfants entendants deviennent plus engagés vis-à-vis les besoins de leurs enfants entendants envers une identité communautaire et culturelle. Les parents sourds peuvent aider leurs jeunes enfants entendants à trouver leur identité à un âge précoce. C'est merveilleux de voir de jeunes codas obtenir du soutien parental et communautaire pour leur identité biculturelle. Les parents sourds peuvent améliorer l'estime de soi de leurs enfants en transmettant leur connaissance de l'ASL, des normes culturelles, des valeurs, des règles de comportement, des traditions, et le patrimoine de la collectivité des Sourds. Les parents sourds peuvent dire à leurs enfants qu'ils sont spéciaux parce qu'ils sont bilingues et biculturels. Les parents sourds peuvent s'assurer que leurs enfants ont une collectivité coda et qu'ils rencontrent des codas adultes, juste comme on dit que les enfants sourds de parents entendants ont besoin de Sourds adultes comme modèles de comportement. Les parents sourds sont dans la meilleur position pour montrer à leurs enfants entendants qu'ils font partie d'une collectivité mondiale de codas qui sont fiers de contribuer positivement à la collectivité, ainsi qu'au monde des Sourds.

Ce cours est un ensemble de deux vidéos de 90 minutes accompagnés d'un guide du facilitateur de huit leçons. Le vidéo est une compilation des expériences de 19 parents sourds qui ont des enfants entendants. Huit sessions de groupe couvrent ces questions : les attentes des parents, la communication, l'interprétation, la discipline, les valeurs, l'estime de soi, et les années d'adolescence. La conception est, pour un facilitateur parent sourd de recevoir la formation qui lui permettra de mener des discussions et de couvrir les sujets. Les parents sont encouragés à se soutenir les uns les autres et à réaliser le caractère unique de leurs enfants bilingues et biculturels. Lorsque les parents se sentent assez bien pour exprimer leurs pensées et leurs sentiments, ils sont dans une meilleure position pour apprendre les uns des autres et pour comprendre leurs enfants entendants et pour intercéder convenablement en leur faveur.

Une autre façon qui permet aux parents sourds de partager leurs joies et leurs frustrations, d'apprendre les uns des autres et de se soutenir les uns les autres, c'est de former un groupe KODA. En 1992, des parents sourds du Maryland ont perçu le besoin pour leurs enfants codas et forger des amitiés avec d'autres codas. Ils se sont organisés, on préparé des activités amusantes pour les enfants et ont eu le temps de discuter de leurs préoccupations comme parents. Leurs pique-niques annuels grossirent jusqu'à réunir plus de 150 participants pendant plusieurs années. Une équipe de film de Deaf Mosaic a assisté à l'un de leur pique-niques et produit l'émission : Deaf Mosaic: KODA, a National Organization for Kids of Deaf Adults (1993).

La collectivité des Sourds, par l'entremise de la National Association of the Deaf, a offert des programmes de camps d'été en leadership pour les jeunes Sourds (YLC) depuis 1969. Les expériences de camps réservés aux codas ont commencé en Australie en 1993. C'était un effort conjoint de Australian CODA et des collectivités sourdes. Leur session la plus récente s'est tenue à Victoria en janvier 2004. Aux États-Unis, le Camp Mark 7, au nord de l'État de New York, offre depuis 1997 des sessions pour les enfants codas et les jeunes de 9 à 16 ans. Les nombres ont grandi, de 16 à 100 codas sur deux sessions. Un des plus importants aspects du camp, c'est la qualité et la diversité des conseillers : ce sont des codas adultes exceptionnels, certains viennent même de l'étranger. Certains sont des conseillers en formation qui assistent au camp depuis des années. Les codas adultes et les membres de la collectivité sourde partagent les même préoccupations pour la génération future : la nôtre s'exprime dans notre appui au Koda Camp, la leur l'est par leur appui du YLC.

J'ai beaucoup appris des écrits d'autres codas et je crois que les parents sourds ont soif d'information. Il y a un grand besoin pour les parents sourds de partager leurs histoires de parentage d'enfants entendants. Je peux compter sur les doigts d'une seule main le nombre d'articles écrits par des parents sourds américains sur la vie de famille. J'encourage les parents sourds à partager leurs expériences dans l'éducation d'enfants entendants. Il y a également un besoin de livres d'histoires pour les enfants, qui tracent un portrait de la vie de famille où les parents sont sourds avec des enfants entendants. À ma connaissance, il n'en existe pas.

Il est difficile d'être parent, mais cela a aussi ses moments d'hilarité et de plaisir. L'humour est une façon exceptionnelle pour les familles d'aider leurs enfants à résoudre le conflit entre Sourds et entendants. J'ai deux histoires racontées par des mères sourdes à partager avec vous. Nathie Marbury raconte son shopping avec ses deux filles dans Deaf Culture Lecture: Tools for a Cross-Cultural Adventure (1996). Elinor Kraft, dans Live at SMI: Elinor Kraft (1994) partage l'histoire délicieuse d'une mère canadienne de six enfants, dont deux sont entendants. Partager ces anecdotes peuvent rassembler les parents sourds d'un façon unique. Les contes, l'humour et le rire sont des fils indispensables qui forment le tissu de nos congrès internationaux du CODA. Nous sommes les enfants d'un peuple de conteurs unis par une tradition orale.

Tout au long de cette présentation j'ai essayé de montrer que la confusion et le conflit d'identité pour les codas peuvent être améliorés de cinq façons comme suit : 1) en acquérant de l'information par la lecture d'autobiographies et autres ressources ; 2) en développant intentionnellement des identités individuelles et de groupe ; 3) en formant des groupes de soutien pour les parents et en offrant une variété d'activités de camping et autres pour les enfants entendants ; 4) en utilisant l'humour pour renforcer le lien des parents ; et 5) en augmentant les occasions d'éducation des parents et de développement de ressources d'information. Tous ces efforts peuvent aider les enfants entendants nés dans des familles où un parent ou les deux sont sourds va vers le développement d'une identité culturelle ferme et positive.

En concluant, permettez-moi de partager un courriel reçu d'une mère sourde. Elle parle ici de sa fille (coda) entendante : "Il y a quelques semaines, ma fille et moi avions une conversation. Je venais de découvrir qu'elle était enceinte et ma fille me demandait pourquoi c'est arrivé et toutes sortes de question d'un enfant de 5 ans. Je ne suis pas une personne religieuse, mais j'ai pensé parler de Dieu qui l'aiderait à mettre les choses en perspective. J'ai dit : 'Tu sais, je suis sourde et Dieu m'a choisie pour être sourde, même chose pour ton père.' Puis j'ai dit : 'Dieu t'a choisie pour être entendante et ton petit frère [de trois ans] aussi.' Elle me dit : 'Non ! Je suis entendante et sourde.' Abasourdie, je lui demandai : 'Qui t'a dit ça ? ’ Elle répondit : 'Dieu.' Elle dit ça avec un petit sourire."

Et cette mère continue en disant : "C'est la plus belle chose qui s'est produite. Cela disait vraiment quelque chose de son identité, qu'elle l'a explorée elle-même, et c'est évident que c'est ce qu'elle ressent. Je pense que c'est formidable." Hé bien, je pense aussi que c'est formidable. J'ajouterai seulement que j'espère que cette mère et tous les parents diront à sa fille et à leurs enfants dès leur plus jeune âge : "Oui, vous êtes entendants et sourds et vous êtes aussi un coda."

RÉFÉRENCES : AUTOBIOGRAPHIES D'EAS (* paperback)

* Abrams, C. (1996). The silents. Washington, DC: Gallaudet University Press.

* Allan, J. (2002). Because I love you: The silent shadow of child sexual abuse. Charlottesville, VA: Virginia Foundation for the Humanities Press. (http://www.timetospeak.com)

* Barash, H. L., and Barash-Dicker, E. (1991). Our father Abe: The story of a deaf shoe repairman. Madison, WI: Abar Press.

Chism, S. C. (2002). A search for identity: The unfolding of an unknown past. Philadelphia, PA: Xlibris Corporation. (available from http://www.xlibris.com)

* Clark, G. (2000). Sounds from silence: Graeme Clark and the Bionic Ear story. St. Leonards, NSW, Australia: Allen & Unwin.

* Corfmat, P. (1990). "Please Sign Here": The world of the deaf. Worthing, West Sussex, England: Churchman Publishing Limited.

Crowe, D. I. (1993). Dummy's little girl. New York: Carlton Press, Inc. (Out of print)

Davis, L. J. (2000). My sense of silence: Memoirs of a childhood with deafness. Urbana & Chicago: University of Illinois Press.

* Enos-Perez, J. (1985). A sign of love. Glenn, CA: Janet Enos Perez.

Hicks, S. L. (1993). Phoenix The: A one act play, an autobiographic life work in progress. Unpublished B.A. Thesis, Performance Art and Humanities, New College, San Francisco, California.

Miller-Hall, M (1994). Deaf, dumb and BLACK: An account of an actual life of a family. New York: Carlton Press Corp. (Out of print)

* Sidransky, R. (1990). In silence: Growing up hearing in a deaf world. New York: St. Martin's Press. (Out of print)

* Slocombe, A. (1996). My parents’ voice. Surrey, England: A. Slocombe.

* Vivo, P. (1991/1996). Turn right at the next corner. Granville, OH: Trudy Knox Publisher.

* Walker, L. A. (1986). A loss for words: The story of deafness in a family. New York: Harper and Row.

* Worzel-Miller, L. (2000). The best of both worlds (a-not-so-silent life). San Jose, CA: Writers Club Press.

AUTRES LIVRES (+ fiction * paperback)

* Arana, M. (2001). American Chica: Two worlds, one childhood. New York: Random House, Inc.

* Bull, T. H. (1998). On the edge of deaf culture: Hearing children/deaf parents annotated bibliography. Alexandria, VA: Deaf Family Research Press. Write DFR Press, P.O. Box 8417, Alexandria, VA 22306-8417.

Davis, L. J. (Ed.). (1999). Shall I say a kiss?: The courtship letters of a deaf couple 1936-1938. Washington, DC: Gallaudet University Press.

+Ferris, J. (2001). Of sound mind. NY: Farrar Straus Giroux. (children’s story: 8th grade reading level)

+ Glickfeld, C. L. (1989). Useful gifts: Stories by Carole L. Glickfeld. Athens, GA: The University of Georgia Press.

* Goff Paris, D. & Kay Wood, S. (Eds.). (2002). Step into the circle: The heartbeat of American Indian, Alaska Native, and First Nations Deaf communities. Salem, OR: AGO Publications.

+ * Greenberg, J. (1970). In this sign. New York: Holt, Rinehart and Winston.

* Grosjean, F. (1982). Life with two languages: An introduction to bilingualism. Cambridge, MA: Harvard University Press.

+ * Jeffers, A. (1995/1998). Safe as houses. London: Gay Men's Press.

Lane, H., Hoffmeister, R., & Bahan, B. (1996). A Journey into the DEAF-WORLD. San Diego: DawnSignPress.

* Pollock, D. C. & VanReken, R. E. (1999/2001). Third culture kids: The experience of growing up among worlds. Yarmouth, ME: Intercultural Press.

* Preston, P. M. (1994). Mother father deaf: Living between sound and silence. Cambridge, MA: Harvard University Press.

Uhlberg, M. (2003). The printer. Atlanta, GA: Peachtree Publishers. (Children’s book for 4-8 year olds, by a coda, beautifully illustrated)

AUTRES ARTICLES PRIS EN RÉFÉRENCE ET CONNEXES

Andrews, G. (1995, July). Heather Whitestone: An exclusive interview. Deaf Life, 8(1), 19-21.

Bull, T. H., Rutherford, S. D., & Jacobs, S. (Eds.). (1994). Celebration and exploration of our heritage. Proceedings of the first National CODA Conference, Fremont, California. August 8-10, 1986. (Rev. ed.). Santa Barbara, CA: Children of Deaf Adults, Inc.

Carroll, C. (1989, January). Born hearing and trying not to hate it: Sheila Palmer didn't know it for the first 7 years of her life, but she was born hearing. The World Around You, 11 (4), 8-9, 15. Washington, DC: Gallaudet University, Pre-College Programs.

Filer, R. D. & Filer, P. A. (2000, Winter). Practical Considerations for Counselors Working with Hearing Children of Deaf Parents. Journal of Counseling and Development, 78 (1), 38-43.

Gannon, J. R. & Gannon, R. L. (1990, Fall). Between two worlds: Deaf children of hearing parents grow up in a bicultural environment. Gallaudet Today, 21 (1), 12-16.

Halifax, J. (1993). The fruitful darkness: Reconnecting with the body of the Earth. New York: Harper Collins.

Harvey, M. A. (1985, July/August). Between two worlds: One psychologist’s view of the hard of hearing person’s experience. Self Help for Hard of Hearing People, 6 (4), 4-5.

Heather Whitestone: An exclusive interview. (1995, July). Deaf Life, 8 (1), pp. 19-21. (Cover title is "Miss America: 'I feel caught in the middle.'")

Jacobs, S. (1990, February). I-N-T-R-O-D-U-C-I-N-G Coda Talk column. CODA Connection, 9 (2), 9.

Long, E. F. (1905, February). Letter to the Editor. The Silent Worker, 17(5), 76.

Markowicz, H. (2002, Winter). A kindred response to a new annotated bibliography about CODAs (book review essay: On the Edge of Deaf Culture: Hearing Children/Deaf Parents by Thomas Bull). Sign Language Studies, 2 (2), 212-216.

Moyers, B. (1991). The World of Ideas: Interview with Sam Keen. Public Broadcasting System.

Prickett, D. (2000, Fall). The CODA connection: Do your parents know Braille? Gallaudet Today, 31 (1), 26-35.

Shultz-Myers, S., Myers, R. R. & Marcus, A. L. (1999). Hearing children of deaf parents: Issues and interventions within a bicultural context. In I. W. Leigh (Ed.), Psychotherapy with deaf clients from diverse groups (pp. 121-148). Washington, DC: Gallaudet University Press.

Singleton, J. (2002, Summer). Hearing children of deaf parents bridging two languages and two cultures. CSD Spectrum, 2 (2), 26-28.

Singleton, J. L., & Tittle, M. D. (Summer, 2000). Deaf parents and their hearing children. Journal of Deaf Studies and Deaf Education, 5 (3), 221-236.

Walter, V. (1990, Fall). The ties that bind: Hearing children and deaf parents talk about being a family. Gallaudet Today, 21 (1), 2-16.

Younkin, L. (1990, January/February). Between two worlds: Welcomed by neither Black nor deaf people, deaf Blacks can find themselves in a virtual no-man's land. The Disability Rag, 11 (1), pp. 30-33.

VIDÉOS

ASL pah! Deaf student's perspectives on their language. (1992). 65 minutes. Color. VHS. Producers, Clayton Valli, Ceil Lucas, Esme Farb and Paul Kulick; director Dennis Cokely. (With an accompanying booklet) Burtonsville, MD: Sign Media Inc.

Deaf Culture lecture: Cultural differences. (1994). 35 minutes. Color. VHS. Sound. CC. (Tape No. 8i) In American Sign Language with voice-over by Bonnie Sherwood. Salem, OR: Sign Enhancers, Inc.

Deaf Culture lecture: Shared wisdom for families. (1996). 45 minutes. Color. VHS. Sound. CC. (Tape No. 8L) In American Sign Language with voice-over by Janet Maxwell. Salem, OR: Sign Enhancers, Inc.

Deaf Culture lecture: Tools for a cross-cultural adventure. (1996). 45 minutes. Color. VHS. CC. (Tape No. 8k) In American Sign Language with voice-over by Janet Maxwell. Salem, OR: Sign Enhancers, Inc.

Deaf Mosaic: A bridge between. Program No. 212. (1987, February). 28 minutes. Color. Signed, sound and open captioned. Produced by Tony Hornick and Annjoy Marcus. Hornick interviews Lou Ann Walker, author of A loss for words. Washington, DC: Gallaudet University, Department of Television, Film and Photography.

Deaf Mosaic: KODA, a national organization for Kids of Deaf Adults. Program No. 908. (1993, December). 28 minutes. Color. VHS. Signed, sound and open captioned. Washington, DC: Gallaudet University, Department of Television, Film and Photography.

Live at SMI (video No. 256): Elinor Kraft. (1994). 90 minutes. Color. VHS. Burtonsville, MD: Sign Media Inc.

Love is never silent. (1985, December 1). 90 Minutes. Color. (Based on the 1970 novel In this sign by Joanne Greenberg, this Emmy Award winning Hallmark Hall of Fame production aired on NBC Television, December 9, 1985)

Passport without a country. (1992/1993). Color. 47 minutes. VHS. Sound. Open captions. Produced by Cameron Davie at Griffith University and Queensland University of Technology, Queensland, Australia. Princeton, NJ: Films for the Humanities.

Sherry: The music sign language video. (1994). 29 minutes. Color. VHS. Sound. CC. Berkeley, CA: UNI-QUE Productions.

Tomorrow Dad will still be deaf and other stories. (1997). 90 minutes. Color. Sound. CC. VHS. In American Sign Language with voice-over by Bonnie Kraft. San Diego, CA: DawnSignPress.

ARTICLES ÉCRITS PAR DES PARENTS SOURDS

Bergmann, R. (1994, April). Parent guidance of Deaf parents with deaf children: We need deaf parent counselors. WFD News, No. 1, 28-29. (World Federation of the Deaf publication)

Burdett, J. (1997, October 17). The joys and challenges of living in two different words: Deaf parents’ first experience with a hearing child. Cal News, 112 (3), 6-7. Publication of the California School for the Deaf, Fremont

Finton, L. (1996). Living in a bilingual-bicultural family. In I. Parasnis (Ed.), Cultural and language diversity and the Deaf experience (pp. 258-271). New York: Cambridge University Press.

Galloway, G. (1990, Fall). Raising hearing kids: A deaf mother remembers the joys and trials of parenthood. Gallaudet Today, 21 (1), 6-7.

Jaech, T. A. (1981). The Jaech family: From dad with love...deaf kids. The Deaf American, 34 (3), 5-7.

Johnson, R. L. (1968). Unique problems encountered in raising deaf and hearing children: Views of deaf parents of hearing children. (2 pages - source unidentified).

Kahlil, L. (1988, Winter). Phobia. The Deaf American, 38 (1), 19-20.

Paris, V. (2001, Spring). Wall of sound: Silence, music, and raising an abled child. Brain, Child: The Magazine for Thinking Mothers, 2 (2), 12-13.

Pelarski, J., Poorbaugh, J., & Hines, J. (1973). Tell it like it is. In National Conference on Program Development for and with Deaf People (Ed.), Proceedings of National Conference on Program Development for and with Deaf People, Washington, D.C., October 9-12, 1973 (pp. 19-21). Washington, DC: Gallaudet College, Public Service Programs.

Sheridan, M. (1995). A mother’s gift. In M. D. Garretson (Ed.), Deafness, life and culture II: A Deaf American monograph, 45 (pp. 107-109). Silver Spring, MD: National Association of the Deaf.

Stone-Harris, R. (1983). Deaf parents’ perceptions of family life with deaf and/or hearing children. In G. D. Tyler (ed.), Rehabilitation and human services: Critical issues for the eighties, proceedings of the 1980 conference of the American Deafness and Rehabilitation Association, Cincinnati, 1980, Readings in deafness: Monograph No. 6 (pp. 5-9). Silver Spring, MD: American Deafness and Rehabilitation Association.

Watson, T. (1991). A deaf parent’s view. In National Council for Social Workers with Deaf People Training Committee (Ed.), Special needs or special breed? Hearing children of deaf adults (pp. 10-11). London, England: NCSWDP.

Williams, J. S. (1976, Spring). Bilingual experiences of a deaf child. Sign Language Studies, 10, 37-41.

RESSOURCES/MATÉRIAUX ÉDUCATIFS POUR LES PARENTS SOURDS

Neubacher, M. (1987). Pathways for parenting, parents guide: (1) Our baby is hearing (24 pages); (2) Our child - two worlds (40 pages); (3) Adolescence to grown-up (28 pages). Illustrated by Steve Schudlich. Detroit, MI: Lutheran Social Services of Michigan.

Parenting: Bringing two worlds together [Videotapes]. (1992). 180 minutes. Color. VHS. ASL. Fairfax, VA: Parenting Advisory Council, Inc. Kit includes videotapes and manual http://www.pacfamily.org/

Parenting skills: Bringing together two worlds, one home, two cultures [Manual]. (1992). 206 pagesl. Fairfax, VA: Parenting Advisory Council, Inc Kit includes videotapes and manual http://www.pacfamily.org/

Pathways for parenting video: A video program for deaf parents with hearing children. (1987). 66 minutes. Three videocassettes. Part 1: Our baby is hearing,18 minutes; Part 2: Our child goes to school, 20 minutes; Part 3: From teenager to adult, 30 minutes. Color. Signed. Open captioned. Produced by Linda Tebelman. Detroit, MI: Lutheran Social Services of Michigan.

Tebelman, L. (1989a). Pathways for parenting video: facilitator’s guide. Detroit, MI: Lutheran Social Services of Michigan. (146 pages)

Tebelman, L. (1989b). Pathways for parenting video: parent’s guide. Detroit, MI: Lutheran Social Services of Michigan. (102 pages)

RESSOURCES INTERNET

Camp Mark 7: KODA Camp information: http://www.campmark7.org

CODA International. P.O. Box 30715, Santa Barbara, California 93130-0715 Adult hearing children of deaf parents organization. http://www.coda-international.org

Deaf Parents and their Hearing Children Information Packet (26 pages) at http://www.coda-international.org/ (Click on "All About" then "Info Packet." This is designed for parents to give to school personnel and other professionals who deal with their hearing children.)

Gallaudet University Library "Pathfinders" for further research are available at http://library.gallaudet.edu/dr/guid-dpohc.html  or
http://library.gallaudet.edu/dr/guid-hcodp.html

KODA: Kids of Deaf Adults. Montgomery County, Maryland: http://fawfamily.com/index2.htm

National CODA Outreach Contact: thomas.bull@gallaudet.edu

Parenting Advisory Council, Inc, P.O. Box 2624, Fairfax, VA 22031 http://www.pacfamily.org/ or send an email to info@pacfamily.org

Notice biographique :

Thomas Bull s'implique depuis longtemps auprès des enfants d'adultes sourds (amér.: CODA), organisation éducative internationale qui s'adresse aux enfants entendants de parents sourds. Il a été certifié au niveau national par le Registry of Interpreters for the Deaf depuis 1972 et possède un M.A. en éducation des Sourds de Gallaudet University, où il est présentement membre du personnel des services d'interprétation de Gallaudet. Il est l'auteur du travail de référence hautement louangé, On the Edge of Deaf Culture: Hearing Children/Deaf Parents Annotated Bibliography. Il a fait des présentations sur des questions intéressant les codas à des congrès régionaux, nationaux et internationaux et il est présentement rédacteur d'une anthologie de nouvelles, de poésie et autres écrits de codas, de parents sourds et leur enfants codas. Il a été désigné contact du National CODA Outreach et est consultant auprès de la Fédération mondiale des Sourds sur les questions de codas. On peut le rejoindre à l'adresse suivante : thomas.bull@gallaudet.edu

http://www.reach.ca/shared_future/fr/bull.htm

 
Retourner au contenu | Retourner au menu