La Créche - Petits Loups Lsf - Union des Sourds et des Malentendants du Bas-Rhin

Aller au contenu

Menu principal :

La Créche - Petits Loups Lsf

Infos - Vidéos LSF

Bastien Dubois, animateur sourd (à droite), initie les enfants et le personnel de la crèche,
dont Guy Poupard, le directeur, à la langue des signes.


A la crèche Les P’tits Loups, à Buxerolles, comme dans toutes les crèches, on rit, on chante, on court, on joue… Mais depuis le mois d’octobre, on y fait aussi une chose que ne proposent pas toutes les crèches: on découvre la langue des signes.

Un projet initié par l’équipe de la crèche et la municipalité. Guy Poupard, directeur de la crèche, explique: « Depuis un an environ, on accueille un enfant sourd. Il est arrivé dans la section des tout petits, et au fil du temps on s’est posé la question: comment communiquer avec cet enfant, pour le comprendre et répondre à ses besoins. »

« Jouer »
pour communiquer

Grâce à la maman de ce petit garçon, Guy Poupard est entré en contact avec l’association 2LPE (2 Langues pour une éducation). « Ça les intéressait aussi de travailler avec une crèche. Le projet ne consiste pas à prendre en charge seulement un enfant, mais bien sûr de le mettre en place avec tous les enfants. Un animateur sourd intervient désormais deux matinées par semaine, le lundi et le vendredi. » L’action a trouvé sans peine des financements auprès de la Caf, de la mairie de Buxerolles et du conseil général.
Les 55 enfants qui fréquentent la crèche, y compris les plus petits, dès 6 mois, rencontrent donc régulièrement Bastien Dubois, animateur sourd au sein de 2LPE. « Les enfants n’apprennent pas mais « jouent » avec beaucoup de plaisir, explique-t-il. Je leur montre les gestes de la vie quotidienne, les pointages pour montrer avec le doigt ce qu’ils veulent désigner. Ils ne connaissent pas encore les prénoms mais ils m’appellent par le geste qui veut dire « gentil ». » Un geste a aussi été trouvé pour dénommer chaque petit.
La dizaine de membres du personnel de la crèche s’initie aussi avec Bastien, sur le tas, et emploie en parallèle la langue orale et la langue signée au quotidien. Les chansons par exemple sont à la fois chantées et signées.

Parents inquiets, enfants sereins

« Il ne s’agit pas d’apprendre aux enfants la langue des signes pure et dure, précise Guy Poupard, mais un mode de communication plus rapide à acquérir que la parole, qui leur permet de se faire comprendre très rapidement pour dire qu’ils ont faim, qu’ils sont fatigués, qu’ils veulent un jouet… Quand un enfant n’arrive pas à se faire comprendre, il crie, il court, il mord. Avec la langue des signes, on a constaté très vite que tous étaient plus sereins. Certains parents étaient inquiets et craignaient que ça retarde l’apprentissage de la parole mais au contraire, les enfants ont un énorme potentiel d’apprentissage. »
Depuis sa mise en place, l’expérience ne suscite que des réactions positives. Guy Poupard souhaite la faire perdurer dans le temps, que la crèche accueille ou non des enfants sourds.

Source : http://www.centre-presse.fr © 23 Février 2012 à Poitiers

 
Retourner au contenu | Retourner au menu