Laurent CLERC - Union des Sourds et des Malentendants du Bas-Rhin

Aller au contenu

Menu principal :

Laurent CLERC

Histoire des Sourds




Le 26 Décembre 1785 à La Balme les Grottes (France) ,
Mort : 18 juin 1869 à Hartford (Etats-Unis)  

Laurent Clerc est ce professeur de l’Institution Royale des Sourds Muets qui s’embarqua en 1816 à bord d’un bateau pour se rendre aux États-unis où il fonda la première école pour enfants sourds, devenant, en même temps, le premier professeur sourd du Nouveau Monde.

Louis, Laurent, Marie Clerc est né le 26 décembre 1785 à La Balme-les-Grottes, un petit village du département de l’Isère célèbre pour les grottes qui s’y trouvent. Son père Joseph François Clerc, né en 1747, décédé le 4 avril 1816 à La Balme était notaire. Il fut aussi maire du village de 1780 à 1814. Sa mère, Marie Françoise Clerc, née Candy décéda le 2 février 1825.

Laurent Clerc devint profondément sourd vers l’âge de un an après être tombé, paraît-il, dans une cheminée au domicile de ses parents. Il en perdit aussi l’odorat. Mais certaines sources indiquent qu’il est peut être né avec ces handicaps. Quoi qu’il en soit, de sa chute dans la cheminée, il garda une cicatrice à la joue droite. Pour cette raison, en Langue des Signes, le nom de Laurent Clerc est désigné par deux doigts effleurant la joue droite.

Les parents de Laurent Clerc, et c’est inévitable, essayèrent de trouver un traitement pour rétablir son audition. Sa mère l’emmena même à Lyon voir un médecin qui tenta de le soigner au moyen de divers liquides. Mais au bout de deux semaines, ils rentrèrent à La
Balme, Laurent étant aussi sourd qu’avant.

Dans son enfance, Laurent Clerc fut laissé un peu à lui-même. On peut supposer que cette enfance fut assez tranquille en raison de l’éloignement et de l’isolement de la bourgade où il vivait. Et aussi par la notoriété de son père, notaire du roi. Il est donc probable que les bouleversement politiques de l’époque, comme la révolution et l’exécution du roi Louis XVI et de la reine Marie-Antoinette le 21 janvier 1793, ou celle de Robespierre le 28 juillet 1794, touchèrent peu son environnement. En eut-il d’ailleurs connaissance avant de quitter sa famille pour se rendre à Paris et faire son instruction ?

Laurent Clerc resta donc en la maison de ses parents jusqu’à ses onze ans, vivant dans le village et participant, à sa mesure, aux travaux fermiers de l’époque. Personne ne sachant comment s’y prendre, il ne reçut aucune instruction. Ses frères et soeurs communiquaient avec lui par « signes familiaux », des gestes mimiques un peu abrégés. Mais Laurent Clerc eut très peu de rapports avec ses parents.

En 1797, alors que Laurent Clerc allait sur sa douzième année, l’un de ses oncles, qui était aussi son parrain, l’inscrivit à l’Institution Royale des Jeunes Sourds de Paris que l’abbé Charles-Michel de l’Epée (1712-1789) avait fondée quelques années plus tôt. L’Institution était alors dirigée par l’abbé Roch-Ambroise Sicard (académicien 1742-1822) qui avait pris la succession et qui fut, de ce fait, considéré comme l’héritier de l’abbé de l’Epée.

On ne sait pas comment l’oncle en question eut connaissance de l’Institution de Paris mais on peut penser que la famille de Laurent recherchait malgré tout un moyen de faire l’éducation du jeune garçon qui était sur la voie de l’adolescence. Il est probable aussi que le père de Laurent donna son plein accord à cette inscription ne sachant quel destin donner à son fils. En tant que notable, il devait être un peu gêné d’avoir un fils sans instruction et qui pourrait passer, plus tard, pour l’idiot du village…

A son arrivée à Paris, Laurent Clerc ne rencontra pas l’abbé Sicard, qui se cachait pour éviter la déportation, ordonnée par le Directoire. Il faut savoir que l’Institution était, alors, la première école publique pour enfants sourds dans le monde. Son règlement faisait l’objet d’une ordonnance, de soixante-dix-neuf articles, rédigée par le Ministère de l’Intérieur ! Elle était située sur la montagne Sainte Geneviève, à l’emplacement d’un ancien refuge bâti pour les pèlerins se rendant à Saint-Jacques de Compostelle. Pour cette raison, la rue où se trouvait l’Institution fut baptisée rue Saint Jacques. Quant à l’Institution, elle devint familièrement désignée par « l’école de la rue Saint Jacques » ou, encore plus simplement, « Saint Jacques »… Tout cela existe encore de nos jours.

A l’Institution des Sourds-Muets, du fait de l’absence de Sicard, Clerc fut reçu par Jean Massieu, un jeune homme sourd de 25 ans qui avait été nommé premier répétiteur adjoint de Sicard par le roi Louis XVI. Massieu avait été, lui-même, enseigné par Sicard. Massieu allait devenir, pour Clerc, un ami fidèle.

Les registres de l’Institution indiquent que Clerc est arrivé le 1er fructidor de l’an 6 (18 août 1798). Clerc allait alors avoir 13 ans à la fin de la même année. Il allait rester à l’Institution jusqu’en 1815, soit pendant 17 ans. Laurent Clerc, doué d’une grande intelligence fit de
rapides progrès. Il travailla aussi à l’imprimerie de l’école. Le grand point faible de Laurent fut toutefois l’oral. Il ne réussit jamais à parler correctement et s’enfonça, par la suite, dans un silence que sa surdité allait transformer en mutité définitive. Malgré cela, en 1806 il devint enseignant à l’Institution.

En 1815, alors que Clerc avait 30 ans, son destin bascula lorsqu’il fit la rencontre de Thomas Hopkins Gallaudet, un américain venu de Hartford (Connecticut) qui faisait un voyage en Europe dans le but d’apprendre comment instruire les enfants sourds. Rien n’existait pour eux aux Etats-Unis. Clerc et Gallaudet sympathisèrent.

En 1816, Clerc accepta d’accompagner Thomas Gallaudet aux Etats-Unis et d’y fonder une école pour enfants sourds. Ils se rendirent au Havre et embarquèrent le 18 juin 1816 sur un voilier, le « Mary Augusta » commandé par le capitaine Hall. La traversée dura 52 jours au terme desquels le navire arriva à New-York le 9 août. De là, Clerc et Gallaudet se rendirent à Hartford

Pendant le voyage, Clerc enseigna la langue des signes à Gallaudet pendant que Gallaudet aidait Clerc à perfectionner son anglais. A Hartford, après bien des tribulations, la première école pour enfants sourds, l’American Asylum at Hartford for the Education and Instruction of the Deaf and Dumb, fut enfin fondée et inaugurée le 15 avril 1817 grâce à l’aide de Thomas Gallaudet et Clerc put enseigner. L’école s’installa d’abord dans des locaux loués et ce ne fut qu’en 1821 que les fonds récoltés furent suffisant pour construire l’école définitive. Par la suite elle fut rebaptisée American School for the Deaf.

Laurent Clerc utilisait la Langue des Signes Française pour son enseignement mais il fut bien obligé d’y ajouter des compléments pour utiliser des termes spécifiquement anglais ce qui donna l’American Sign Language (ASL ou Ameslan). C’est l’une des raisons pour lesquelles les sourds américains utilisent encore une langue des signes basés sur ce que Clerc avait appris en France et qu’il leur avait enseignée !

Bien plus tard, prenant acte de l’évolution de l’éducation et de l’instruction des enfants sourds, le Congrès Américain décida d’ouvrir pour eux une école supérieure (un « college » selon la terminologie anglo-saxonne) en 1864. Clerc avait alors 79 ans et était en retraite, retraite qu’il avait prise en 1858, à 73 ans ! L’école supérieure fut établie à Washington et appelée Gallaudet College. Elle est devenue, par la suite, Gallaudet University. Elle existe
toujours et jouit d’une grande réputation dans le monde des sourds. De nombreux observateurs ont fait remarquer que le nom de Clerc avait été occulté par Gallaudet et que le « college » aurait dû s’appeler « Gallaudet and Clerc College ». Longtemps présidée par un entendant, l’Université Gallaudet a élu dernièrement son premier président sourd, Irving King Jordan, à la demande de ses étudiants qui avaient refusé un nouveau président entendant imposé par l’administration.

Laurent Clerc décéda le 16 juin 1869, à l’âge de 83 ans, à Hartford (Connecticut) pratiquement 53 ans après son embarquement au Havre (18 juin 1816). Il avait passé la majeure partie de sa vie aux Etats-Unis et n’était revenu en France qu’à trois reprises. Une
première fois en 1820 après la naissance de son premier enfant, puis en 1835 et en 1846. En effet, trois ans après son arrivée sur le sol américain, il avait épousé une américaine Elisabeth Boardman, une jeune fille sourde qui fut aussi son élève. Ce fut d’ailleurs le premier mariage de sourds aux Etats-Unis ! Ils eurent six enfants, tous entendants, dont quatre seulement parvinrent à l’âge adulte. L’un d’eux devint pasteur.

Laurent Clerc est enterré, ainsi que son épouse, au cimetière de Spring Grove à Hartford. Ils avaient passé 50 ans ensemble. Leurs tombes, longtemps laissées à l’abandon ont été récemment restaurées.

Merci René Legal pour info

Laurent Clerc (1785-1869), répétiteur comme Massieu, part aux états-Unis en 1816.
Il accompagne Thomas Hopkins Gallaudet (1787-1851) qui est venu chercher en Europe une méthode d’enseignement. En 1817, il fonde la première école de sourds américaine
à Hartford, Connecticut. En 1864,
c’est le National College for the Deaf à Washington qui deviendra l’université Gallaudet.

 
Retourner au contenu | Retourner au menu